Parole aux citoyens

Pour le Sénégal, Macky Sall est une inondation!

Tel est Macky Sall, ainsi sera Macky Sall...Avec conviction, notre cher Sénégal ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui le regardent sans rien dire et sans rien faire...

Souvenons-nous donc. C’était à cette époque de ferveur collective, d’espoir et de profondes aspirations pour un Peuple ayant à sa tête un président de la République fraichement élu et à l’abri des variations pathogènes de la rouille du Pouvoir. En l’écoutant ce mardi 28 Août 2012 livrer un discours à la nation, nous avions, avec toute la fierté patriotique requise, décerné le qualificatif mémorable au speech dans lequel, le président Macky Sall, prenait la décision surprenante de mettre fin au débat entourant le Sénat en le supprimant tout court.

Le pays venait encore d’être frappé par une catastrophe naturelle et l’onde de choc ne finissait toujours pas de faire des dégâts. De fortes pluies diluviennes l’ont inondé occasionnant des morts et des pertes de biens énormes qui ont, à leur tour, impulsé un immense élan de solidarité nationale pour soutenir et assister les familles sinistrées. C’était dans cette ambiance de forte émotion et de cohésion sociale que la prise de parole du président Macky Sall, absent du pays au moment du drame,  était très attendue.

Totalement séduit et ému par les efforts citoyens déjà consentis, le chef de l’État de l'époque prenait de la hauteur pour la première fois de son existence et nous  faisait état de ses intimes convictions en ces termes « J’ai, ainsi, décidé que l’État va consacrer des ressources substantielles à la recherche de solutions structurelles aux inondations récurrentes qui causent tant de malheurs, de douleurs et de souffrances aux populations. Comme vous le savez, le cœur de mon ambition pour le Sénégal demeure la satisfaction des besoins de chaque Sénégalais qui a droit à une vie décente et digne. Et ce droit non négociable touche à la santé, à l’emploi, à la justice et à la liberté. Voilà pourquoi je tiens aujourd’hui plus qu’hier à ce que j’ai appelé le nouvel ordre de priorités et la primauté de la patrie sur les partis ». Donc, il renchérit en nous révélant « Voilà pourquoi, chers compatriotes, j’ai décidé de soumettre, en procédure d’urgence, un projet de loi pour la suppression du sénat. Les ressources prévues pour cette institution seront ainsi consacrées, entre autres ressources, à la solution des inondations récurrentes ». Comme il savait qu’il excite le courroux de ses partisans et ses alliés, le président Sall s’empressait de préciser « Je sais la peine que ressentent certains partisans du maintien du Sénat. Mais, lorsque la détresse des populations est aussi ample, il faut savoir opérer les ruptures, savoir prendre les grandes décisions. Certes, le sénat peut contribuer à asseoir des institutions robustes et crédibles pour l’équilibre des pouvoirs. Certes, le sénat peut jouer un rôle majeur dans l’ancrage d’une démocratie irréprochable. Certes, le sénat peut permettre d’élargir le champ de la représentation populaire divers types d’acteurs dont les avis sont précieux pour la société, sa stabilité et sa cohésion. Mais quoi de plus urgent que l’allégement des souffrances de notre peuple dont les attentes constituent le centre de mes préoccupations ? L’urgence, c’est de venir à bout des inondations. L’urgence, c’est de trouver des solutions durables parce que structurelles afin que les populations ne vivent plus les drames de ces derniers jours ».

Vous prenant à témoin mes chers compatriotes, jasons là-dessus! Depuis lors, le constat alarmant est que tout est devenu un cauchemar manquant d’imagination avec une surenchère émotionnelle chargée de mensonges qui ne dit pas son nom. D'une saison à l'autre et malgré les récurrentes baveries politiciennes et menteries d'État servies au Peuple sans scrupule, Macky Sall avec ses retentissantes clowneries politiciennes inonde le Sénégal qui s'enlise profondément dans les eaux pluviales renforçant à la fois l'aquaphobie et l'ablutophobie des populations.

Franchement, avouons-le avec amertume, nous demeurons fatidiquement estomaqué de constater plus souvent que l’estrade de l’honneur, de la dignité et de l'élégance politique n’intéresse guère ce petit et méchant Macky Sall de l'APR. Avec lui, incertain, relatif ou rassurant qu’il veuille paraître déguisé devant nous, nos principes de jugement, nos règles de conduite relatives au bien et au mal, au juste et à l'injuste, nos valeurs ainsi que nos devoirs, sont ainsi rayés de nos Codes de vie et de respectabilité. Macky Sall ne vit pas pour faire avancer notre cher Sénégal si malmené. Pire, il manque de VOLONTÉ et de DÉSIR pour résoudre définitivement son unique problème politique et l'oxygène de sa gouvernance: le MENSONGE. Il n'a jamais eu le courage de ses idées et s'est transformé en un réel inexistant qui vadrouille. Le chef suprême des tocards de la République est le quémandeur autoproclamé du Sénégal qui prêche, sous tous les cieux, l’adhésion et l’implication de tous les acteurs impérialistes dans son deal pour que ses torts, ses sévices et ses menteries endurés par les Sénégalais soient camouflés pour toujours.

C'est encore l'hivernage au pays! Terriblement regrettable pour nous autres Sénégalais ce jour autre où cet autre politicien-inventeur disait: « Faisons Macky Sall…». De là, les problèmes ont commencé à inonder le Sénégal…
Debout tous ensemble, accablons partout ce petit et méchant Macky Sall de mépris, tournons lui vite le dos pour que le rêve d’un présent salvateur à l’étendue infinie soit définitivement en marche pour notre cher Sénégal.

Pathé Guèye-Montréal

 

 

Parole aux citoyens








Commentaires

Designed by espritcitoyen.com