Parole aux citoyens

DSE APR Canada: Youssou Youbi Baldé réagit sur le scrutin d'hier

 

Interrogé par notre rédaction sur les premiers résultats du scrutin, Youssou Youbi Baldé a préféré partager  une analyse qu'il a faite en se basant sur les «résultats des  dernières élections législatives, des échanges avec les populations dans plusieurs parties du pays, sur leur perception des différentes réalisations du Président Macky Sall (PUDC, PUMA, Promoville, CMU, bourses de sécurité familiale, IlaTouba, Pôle urbain de Diamniadio, programme de modernisation des cités religieuses, prise en charge des enfants de 0 à 5 ans, plan césarienne, programme matériel agricole, pensions de retraite, DER, 491 000 emploi dans la jeunesse sans compter les emplois du secteur agricole et du secteurs informel, Pont Séné-Gambie ,Compagnie Air Sénégal , etc.....»

En tant qu'observateur de la vie politique du Sénégal, nous rappelons que l'ensemble des acteurs politiques ont pu évoluer depuis ces élections législatives et surtout durant le parrainage et toute la campagne électorale.

Voici l'analyse compléte de Youssou Youbi Baldé Chargé de la communication de la DSE APR CANADA

 

 Pourquoi Macky SALL va gagner les élections du 24 Février 2019 au 1er Tour. 

Le Candidat Macky SALL ne peut pas perdre les élections du 24 Février 2019 et mieux encore il va les remporter au 1er Tour avec un score compris dans un intervalle de 56.8% à 62.6% du suffrage National. Pour s’en convaincre, interrogeons un peu les statistiques sorties des urnes à l’issue des élections Législatives du 30 juillet 2017, qui sont un référentiel incontournable. 

Ceci n’est pas un sondage, mais une analyse des résultats de ces dernières élections, il y a juste un an, et des échanges avec les populations dans plusieurs parties du pays, sur leur perception des différentes réalisations du Président Macky Sall (PUDC, PUMA, Promoville, CMU, bourses de sécurité familiale, Ila Touba, Pôle urbain de Diamniadio, programme de modernisation des cités religieuses, prise en charge des enfants de 0 à 5 ans, plan césarienne, programme matériel agricole, pensions de retraite, DER, 491 000 emploi dans la jeunesse sans compter les emplois du secteur agricole et du secteurs informel , Pont Séné-Gambie ,Compagnie Air Sénégal , etc….. ) 

Sur 6 293 600 inscrits dans le fichier électoral à l’entame de ces élections, dont 267 356 Sénégalais de l’extérieur (4,29 %) et 5 951 825 à l’intérieur du pays, 3 221 064 s’étaient déplacés pour s’acquitter de leur devoir citoyen, soit une participation de 54, 11 %1. Les suffrages valablement exprimés étaient de 2 918 300. Respectivement, Benno Bokk Yakaar (avec APR) avait obtenu 1 544 740 voix, soit 52,93 % des suffrages exprimés ; venaient ensuite la Coalition Gagnante / Wattu Senegaal (avec PDS) avec 517 242 voix, soit 17, 72 % ; Manko Taxawu Senegaal (Khalifa Sall) avec 365 681 voix, soit 12,53 % ; PUR avec 148 934 voix, soit 5, 10 % ; la Coalition Ndawi Askan Wi (avec Sonko) 33 706 voix, soit 1,15% et enfin la Coalition Yessal Senegaal avec 31 396 voix, soit 1,08 %. 

Pour ce qui est du poids électoral de chaque région, naturellement, Dakar avec son poids démographique (1/4 de la population du pays), arrivait en tête avec 27,23% des électeurs inscrits. Ensuite venaient respectivement Thiès (14,21 %) ; Diourbel (9,24 %) ; Saint-Louis (7,94 %) ; Kaolack (6,71 %) ; Louga (6,34 %) ; Fatick (5,03%) ; Ziguinchor (4,44 %) ; Matam (4,18 %) ; Tambacounda (3,78 %) ; Kaffrine (3,78 %) ; Kolda (3,47 %) ; Sédhiou (2,92 %) et Kédougou arrivait au bas de l’échelle avec seulement 0,95 % de l’électorat (Figure 1 et carte 1). En gros, les mêmes tendances semblent se maintenir (Figure 2), même s’il y a eu une augmentation de 388 475 nouveaux électeurs dans le fichier, soit une variation de +5,81 % entre 2017 et 2018. 

Trois (3) régions (Dakar, Diourbel et Thiès) concentraient à elles seules 50,68 % de l’électorat, soit 3 017 005 électeurs, contre 49,32% pour les onze (11) autres régions du pays, soit 2 180 155 électeurs (Carte 1). Cette tendance se maintient aussi en 2018 avec 50,67%, alors que le poids de Dakar est passé de 27,23% à 30,34%, soit un gain de +3,11 points, en même temps Diourbel et Thiès régressent respectivement de -0,67 point et de -0,32 point en valeur relative au niveau national (Figures 1 et 2 et Tableau 1). 

Et l’électorat des partis politiques les plus représentatifs sur l’échiquier national, hormis BBY, (PDS, MTS, PUR, REWMI, Pastef…) est essentiellement concentré dans ce périmètre. Or, 49,33% des électeurs se trouvent hors de ce dernier. Autrement dit, en dehors de ce périmètre, aucun des leaders qui prétendent contester le leadership au Président Macky Sall n’est réellement consistant. 

Avec un taux de participation de 54,11 %, la région qui avait le plus voté lors de ces Législatives est celle de Thiès. En effet, 77,33%des électeurs se sont rendus aux urnes le 30 juillet 2017. En revanche, 

celle qui avait le moins voté est celle de Ziguinchor, car seulement 49,82% des électeurs se sont acquittés de leur devoir citoyen. 

La coalition Benon Bokk Yakar avait gagné dans neuf (9) régions sur les 14 que compte le pays avec des scores allant de 52,40 % à Kolda à 81,35 % à Sédhiou et dans 27 départements sur 45 avec des scores allant de 50,46 % à Ranérou à 84,17 % à Kanel. Par ailleurs, la coalition Benon Bokk Yakar était en ballotage favorable dans neuf (9) autres départements avec +40%, dont Koumpentoum (Tambacounda) avec 49,74% ; Tivaoune (Thiès) avec 47,88% et Salémata (Kédougou) avec 45,27 %. Sédhiou arrivait en tête des régions qui avaient le plus votées pour la coalition Benno Bokk Yakar, avec 81,35%. Ensuite, suivaient respectivement les régions de Matam (77,57 %) ; Saint-Louis (72,22 %) ; Louga (68,40%) ; Fatick (67,93%) ; Tambacounda (64,27%) ; Kaffrine (61,01%) ; Kaolack (60,68 %) et Kolda (52,40 %). En revanche, les régions qui avaient le moins voté pour la coalition BBY étaient : Dakar (36,13%) ; Kédougou (25,28%) et Ziguinchor (39,38%). 

Une mobilisation accrue des électeurs des bassins électoraux potentiels pour BBY, comme Fatick (55,06% de participation) ; Matam (61,76% de participation) ; Kaffrine (57,35% de participation) et Kaolack (62,55% de participation), pourrait renforcer nettement ces résultats en faveur du candidat Macky Sall. Car les marges à exploiter restent encore importantes. 

Les partis ou coalitions de partis qui suivaient, à savoir la Coalition Gagnante / Wattu Senegaal (avec PDS) ; Manko Taxawu Senegaal (Khalifa Sall); PUR, la Coalition Ndawi Askan Wi (avec Sonko) et la Coalition Yessal Senegaal n’ont obtenu respectivement que : 17, 72 % ; 12,53 % ; 5% , 10 % ; 1,15 % et 1,08 % des voix, soit un total de 1 096 959 voix (37,58 %), très loin derrière la coalition Benno Bokk Yakar avec 52,93%

Dakar concentrait 27,23 % de l’électorat, soit 1 620 858 inscrits, 818 806 avaient voté lors des dernières Législatives avec 814 242 suffrages valablement exprimés. La coalition Benon Bokk Yakar était arrivée en tête avec 294 180 voix, soit 36,13 %. Ensuite venaient Manko Taxawu Senegaal avec 186 318 voix, soit 22,88 % ; la Coalition Gagnante/Wattu Senegaal avec 159 588, soit 19,59% ; PUR avec 61 777 voix, soit 7,58 % et la Coalition Ndawi Askan Wi (1,69%). Cette dernière avait fait son plus gros score sur toute l’étendue du territoire à Dakar (40,95 % de ses voix obtenues), soit 13 803 voix sur un total de 33 706 au niveau national. 

Ainsi, même si le fichier électoral a enregistré de nouveaux inscrits suite à la révision des listes électorales (Tableau 2), ce qui porta le nombre d’électeurs à 6 682 0752 (soit +388 475 nouveaux électeurs) 3, toute proportion gardée et toute chose étant égale par ailleurs, le candidat Macky Sall ne peut pas perdre la prochaine élection Présidentielle du 24 février 2019. Car les partis ou coalitions de partis pouvant prétendre l’inquiéter sont très loin derrière pour espérer inverser la situation à moins de 4 du jour J, malgré les gesticulations et les discours. 

Cette hypothèse semble d’autant plus plausible que plusieurs partis et coalitions de parties, qui avaient pris part aux Législatives du 30 juillet 2017 avec des listes concurrentes à celle de Benno Bokk Yakar, ont rejoint aujourd’hui la mouvance présidentielle ; donc plus un gain qu’une soustraction pour le candidat Macky Sall. 

Cette analyse froide des résultats et des scores obtenus avec les avancées communicationnelles en termes de programmes ,de résultats , de bilans et d’actifs versus les passifs nous permettent d’affirmer que le candidat de la mouvance présidentielle et de la coalition la plus longue de l’histoire politique du Sénégal BBY, Macky SALL va fleureter avec un score au 1er Tour variant entre 56.8% à 62.6% du suffrage National . 

Avec une bonne gestion de la communication sur le terrain et une maîtrise des stratégies politiques internes entre responsables APR, « le coup KO » est certain sans aucune contestation .En effet, le véritable adversaire à la réélection du Président Macky Sall, au 1er tour le 24 février, est le temps entre la fermeture des bureaux de vote et la proclamation des résultats pour acclamer sa victoire certaine sur tous ses adversaires. 

 

La jeunesse de la population du pays qui se traduit aussi à travers l’électorat ne perturbe pas cette donne. En effet, 56,27% des électeurs sénégalais ont moins de 40 ans et 21,04% entre 40 et 50 ans (Tableau 2) 5. 

Pour certains de nos compatriotes qui crient Sonko sans rien comprendre de l'électorat. Il (candidat Ousmane sonko) a eu 33.700 voix en coalition lors des dernières législatives de l'année dernière, score qui lui a permis d’être député au plus fort dernier. Sachant que le parti qui l'avait porté à rejoint la mouvance présidentielle. Ainsi, on ne voit pas comment il puisse multiplier par 10 son score en 1 an. Et on connaît le profil des gens qui peuvent éventuellement voter pour lui. Ils ne sont pas assez représentatifs de l'électorat sénégalais. Il va certainement grappiller par-ci et par là, mais on doute fort de cette capacité d'inverser la situation en sa faveur, même pour espérer un deuxième tour. Regardons la dynamique Sonko chez nos compatriotes de l'extérieur et dans les réseaux sociaux. Si on prend la simple hypothèse qu'il arrivera à multiplier par 10 son score de 2017, soit 33.700x10=337.000 et que toute la diaspora vote pour lui, ce qui est impensable car la France et les USA sont Macky Sall , soit 300.000 électeurs environ, il aura un total de 637.000 voix. Très faibles pour espérer inverser la situation en sa faveur au soir du 24 février 2019. En effet, le meilleur prévisionniste du monde ne 

verrait pas comment il peut trouver assez de réserves de voix dans l'électorat dans son ensemble pour réunir au moins entre 850.000 à 900.000 voix nécessaires pour imposer un second tour (si l'on tient compte d'un taux de participation entre 54 et 60% pour une élection présidentielle). Dans toute cette analyse statistique essentiellement basée sur les données des dernières élections nous n’avons même pas encore pris en compte le suffrage du Candidat de la coalition Idy2019 , du PUR et de Madické2019 , qui avec l’appui de ses amis de la coalition Manko Taxawu Senegaal (Khalifa Sall) Idy2019 va ratisser encore sur les suffrages de l’opposition en grands nombre du côté de Sonko que de la Mouvance Présidentielle. Or, les 4 coalitions qui suivaient BBY en 2017, dont Wattu Senegaal (avec PDS) 17, 72 % ; Manko Taxawu Senegaal (Khalifa Sall) 12,53 % ; PUR 5, 10 % ; la Coalition Ndawi Askan Wi (avec Sonko) 1,15% et enfin la Coalition Yessal Senegaal 1,08 % avaient réuni au total 37,58% contre 52,93% pour BBY, soit + de 1,5 millions de voix. Il faut premièrement que toute l'opposition soit réunie en un seul candidat, ce qui est impossible actuellement car nous avons 5 candidats en lice pour le 1er Tour , et deuxièmement entre 195.000 et 200.000 voix supplémentaires au candidat ``Unique`` de l’opposition par rapport à 2017 pour prétendre amener le candidat de la mouvance Présidentielle Macky SALL au second tour, si les tendances de 2017 se maintiennent bien sûr et actuellement ce qui est loin d'être évident. 

Toujours si l'on regarde la carte électorale du pays et des zones potentiellement susceptibles de basculer de l'opposition vers le président Macky Sall on se rend compte que la farce n'est pas encore terminée pour nos amis Facebookeurs de la Diaspora surtout qui pensent que les vidéos qu'ils diffusent sur les réseaux sociaux font déjà l'élection. En effet, l'essentiel de l'électorat des candidats potentiels, hormis le candidat Macky, est concentré dans 3 régions (Dakar, Thies et Diourbel) qui représentent certes près de 52% des électeurs. Autrement dit, tous vont se battre dans ce périmètre pour tirer leur épingle du jeu le 24 février 2019. Mais, le Sénégal c'est aussi les 48% des autres provinces. Encore même, dans ces 52% Macky Sall aura aussi sa part. On ne peut pas dire qu'il va avoir zéro voix dans ce périmètre. Et alors...? Même s'il engrange par exemple juste 30% de ces 52%, il s'impose au 1er tour, car ailleurs il est le gagnant à coup sûr au vue des dernières tendances électorales même si ses opposants ne se seront pas en reste et loin de le minimiser , mais je pense qu'il ne faut pas se laisser impressionner par les images et vidéos sur les réseaux sociaux et la critique facile qui est un nouveau facteur de recrutement électorale en 2019 , mais Celles-ci ne correspondent en rien avec la réalité électorale du Sénégal , car, outre la diaspora dans certains pays occidentaux, l’électorat de l'opposition est essentiellement localisées sur un périmètre bien connu (DTD). 

Bon vote. 

1 Sources : Rapport final Mission Audit du Fichier Electoral 2018 et https://www.dakaractu.com/EXCLUSIVITE-DAKARACTU-Legislatives-2017-Resultats-provisoires-Bby-1-544-740-5293--Wattu-Senegaal- 

517-242-1772--Mts_a136359.html 

2. Chiffre donné par le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouye Ndiaye en aout 2018 lors du lancement du parrainage. 

3. Pour une population totale du pays estimée à 15 726 037 en 2018 par l’ANSD. 

4. Ces chiffres, en date du 26 janvier 2018, dérivent du Rapport final de la Mission Audit du Fichier Electoral 2018. Le taux d’erreurs sur ce fichier est estimé entre 1,241% et 1,989%, soit -2%. 

5. 69,07% de la population ont entre 0 et 34 ans, dont 27,24% entre 15 et 34 ans, selon l’ANSD, janvier 2018. 

Youssou Youbi Baldé 

Directeur Communication 

Chargé de la communication de la DSE APR CANADA

 

Parole aux citoyens








Commentaires

Designed by espritcitoyen.com