Religion

Cheikh Bouh Mouhamed Kounta, la retraite d’un Soufi

Mame Cheikh Bouh Mouhamed Kounta s’est éteint, hier, à l’hôpital Principal à l’âge de 93 ans. Il est né un dimanche, a été intronisé un dimanche et est décédé un dimanche.

Cheikh Bouh Mouhamed Kounta, Khalife général des Khadres, s’est éteint dans la matinée d’hier, à l’hôpital Principal de Dakar. Le saint homme qui gardait le lit depuis plus d’une semaine, avait rejoint sa résidence secondaire à Rufisque. Comme tout homme de Dieu, il a voulu vivre ses derniers instants sur terre par une retraite spirituelle, surtout que la vieillesse est déjà une maladie en soi.

Le guide religieux qui est né un dimanche en 1925 a été intronisé Khalife un dimanche. Il a aussi quitté ce bas monde un dimanche. Il aura marqué son époque par son érudition. Homme courtois et ouvert, il était l’un des Khalifes les plus accessibles au Sénégal. Il ouvrait ses portes à tout le monde. Il traitait ses disciples sur le même pied. Intronisé le dimanche 29 avril 2006, Cheikh Bouh Mouhamed Kounta, devint le premier petit-fils à diriger la Tarikha Khadria. Fils de El Hadj Mamadou Kounta, troisième Khalife de Mame Bouh, le Khalife de Ndiassane, dans sa jeunesse, était un homme d’affaires qui avait ses réseaux au Mali et dans la sous-région.

C’est une tradition à Ndiassane d’éloigner les potentiels successeurs, instituée au temps du premier Khalife, afin de prévenir des conflits entre frères. Une manière d’encourager les prétendants au trône à être autonomes et indépendants. Homme pétri de connaissances islamiques, Cheikh Bouh Mouhamed Kounta résumait la religion musulmane à l’image de son grand-père, Mame Bouh, par une règle de trois : Appel, incitation et invitation à la Foi islamique. Aussi a-t-il su perpétuer l’œuvre du fondateur de Ndiassane partout dans le Sénégal et dans la sous-région. «Cheikh Bouh Mouhamed Kounta a perpétué les enseignements des anciens.

C’était un homme courtois et affable. Il s’était adossé sur les enseignements du Prophète Mouhamed (Psl). Il a toujours œuvré pour le renforcement de la cohésion sociale», note Ahmed Bachir Kounta. Erudit de l’Islam, grand homme de Dieu, il débordait de connaissances. Pasteur des âmes pécheresses, le guide religieux était un saint choisi par Dieu pour conduire les fidèles vers le chemin du bien et de la félicité. Il a ramené sur le chemin du bien un nombre considérable de fidèles perdus.

Perpétuant la philosophie du Prophète Mouhamed (Psl), il s’était adossé sur la Charia et la Sunna. Il faut reconnaître que son influence était répandue au Sénégal, en Gambie, au Burkina Faso, en Algérie où il avait dernièrement envoyé une mission conduite par son fils aîné, Mouhamed Kounta, professeur à l’Université de Dakar. Il ne s’est pas seulement limité à dispenser un enseignement spirituel. Il a surtout œuvré à faire de Ndiassane une véritable université qui a formé de grands exégètes de la religion. Il contribuait à raffermir les rapports entre Ndiassane, Touba, Tivaouane, entre autres foyers religieux. Cheikh Bouh Mouhamed Kounta qui s’habillait toujours en blanc, incarnait la pureté en tout temps et en tout lieu.

Source: igfm

Religion








Commentaires

Designed by espritcitoyen.com